Acheter quand c'est le temps

Acheter quand c'est le temps - Francis Yeldell

Chez Yves, j’avais vu un ensemble d’outils qui m’avait impressionné. J’avais voulu en connaître le prix, qui m’a coupé le souffle. C’était beaucoup trop cher pour moi. J’ai laissé de côté cette idée pendant quelques années. Un jour, alors que je cherchais du matériel pour faire un murs en bois chez moi, j’ai vu une annonce publicitaire pour cet ensemble que j’avais vu chez Yves trois ans auparavant. J’ai vu que le montant demandé était bien inférieur, au moins de moitié, par rapport à la valeur de celui que j’avais espéré avoir. J’ai commandé la mallette pourvue de multiples raccords et adaptateurs. Lorsque je l’ai reçue, je n’ai pas été déçu. Elle avait même quelques options supplémentaires par rapport à celle de mon ami. Il en était toujours aussi content, même après plusieurs années d’utilisation le matériel était fiable et aucune panne ni casse n’était à déplorer. La qualité des outils était excellente, comme j’ai pu le vérifier par moi-même.

J’ai pu installer une nouvelle gouttière sous ma toiture. J’ai retendu le grillage maintenu par des piquets, je l’ai fixé plus fortement. L’abri de jardin n’avait pas d’auvent, j’en ai ajouté un. Il me sert à mettre des bûches. J’ai mis au mur quelques étagères supplémentaires, que Céleste me réclamait depuis longtemps. Elle fut ravie de ranger les épices, le thé et le café sur ces planches retenues au mur par des équerres. Elles sont en fer, vieilli, et elles possèdent de jolies volutes et quelques feuilles représentant du lierre, ce qui ajoute une note charmante. Dans la chambre d’ami, j’ai monté une armoire que j’avais gardée dans son emballage. Elle attendait d’être mise à sa place depuis plus de trois mois. Dans la même fin de semaine, j’ai réparé un tabouret, deux chaises et un volet.

Ce plaisir de me lancer dans des bricolages, je le tiens de mon père. Il m’a enseigné, dès mes dix ans, à tenir un rabot, à savoir me servir d’un tournevis et d’un couteau sans que je me blesse, à faire un peu de plomberie, si nécessaire. Muni de tous ces savoirs, j’ai pu entretenir ma maison en grande partie sans l’aide de professionnels. Tout de même, je préfère appeler un électricien plutôt que de commettre des erreurs. C’est une de mes lacunes, que je n’ai jamais voulu combler. Manier l’électricité requiert un savoir-faire précis que j’ignore totalement. Même mes plafonniers, je les ai fait installer par un professionnel. Je suis plutôt satisfait du résultat final.