La statuette perdue

La statuette perdue - Francis Yeldell

C’est en regardant dans la poche de mon gilet, que je ne mets que quand le froid de l’hiver est là, que j’ai retrouvé un briquet en or que j’avais recherché pendant toute l’année qui venait de s’écouler. Cet objet avait appartenu à mon père, et je l’avais gardé dans une pochette, spécialement prévue pour lui, en velours et en cuir. L’étui était resté vide pendant tout ce temps, et je me suis empressé de remettre le briquet à sa place. Je vis, en reprenant le compte de mes objets précieux, qu’il me manquait une statuette en argent, que j’avais rapportée d’un de mes voyages en Asie. Elle représentait une déesse et elle datait du douzième siècle. Sa valeur était autant financière que sentimentale. Mon séjour en Asie s’était déroulé sur trois mois, et j’avais pu visiter de nombreux pays. De retour chez moi, j’ai remarqué que des taches sur la peau, que j’avais depuis longtemps, se sont résorbées avec le bon traitement.

C’est en Inde que j’ai eu un guide qui devint mon ami. Je l’ai rencontré dans un estaminet qui sentait le curry et le poulet tandoori. J’avais traversé la ville avec ces véhicules à trois roues, pourvus d’une caisse où deux à trois personnes peuvent s’entasser derrière le conducteur. Un rickshaw ne va pas vite, mais mon chauffeur avait zigzagué entre les passants, les rues encombrées de toutes les sortes possibles de véhicules, et j’avais eu la nausée. Mon arrivée dans le petit restaurant était le point d’orgue de mon trajet. Je devins tout blanc et je m’assis en sentant que mes oreilles bourdonnaient et que ma tête tournait. Un homme vint s’asseoir près de moi, et il me demanda, dans un anglais excellent, si j’allais bien. Je fis signe de la tête, pour lui faire comprendre que je ne me sentais pas dans mon état normal.  

L’homme s’éloigna, et je crus qu’il n’avait pas compris. Il revint, au bout de quelques minutes, avec un verre d’eau bien frais que je bus goulûment. Cette réhydratation était exactement ce dont mon corps avait besoin, et je remerciais l’homme de m’avoir secouru. Notre discussion continua, puis il me proposa de me mener dans les plus beaux lieux de la ville et de ses environs. Nous avons passé une semaine entière ensemble, et je découvris un homme merveilleux. Au moment où j’allais partir, il me donna cette statuette. Ces souvenirs m’amenèrent à soulever le fond d’une boîte, où je retrouvais la figurine.