Le dur métier de représentant

Le dur métier de représentant - Francis Yeldell

Voici mon métier, représentant. Évidemment, il existe toutes sortes de représentants, mais une chose les rassemble, ils doivent vendre. Peu importe ce qu’ils doivent vendre, leur but est de ramener de l’argent à la société pour laquelle ils travaillent et je peux vous assurer que ce n’est pas toujours évident.

Certains de mes collègues ont des choses plutôt faciles à vendre, et dont beaucoup de gens ont besoin, ce qui fait qu’il n’a presque pas besoin de se déplacer pour réaliser un chiffre d’affaire correct, et au passage, prendre une commission bien suffisante.
Mais moi, j’ai des analyses qualité de l air à vendre, et ça, je peux vous assurer que tout le monde n’en a pas forcément besoin tout le temps.

Encore, quand il s’agit de les vendre à des sociétés, c’est un peu plus simple, surtout des sociétés spécialisées dans le sport, mais lorsqu’il s’agit de réaliser des ventes auprès des particuliers, c’est une tout autre histoire.
Vous imaginez bien que je ne peux pas me présenter à la porte de mes potentiels clients avec un test à la main, ce n’est d’une part pas très pratique et d’autre part, je vois mal un client acheter son analyse sur le seuil de sa porte. C'est beaucoup plus compliqué. 

Alors je dois vendre quelque chose que le client ne voit pas réellement. Il le verra après coup, bien sûr, mais il ne pourra pas immédiatement savoir ce qu'il achète. J’ai donc mis au point toute une stratégie qui me permettra d’attirer le client.
Une fois qu’il a franchi le seuil des intérrogations, c’est comme si l'analyse était vendu, mais avant d’en arriver-là, je peux vous assurer qu’il m'a fallu des années de pratique.