Relation homme projet

Relation homme projet - Francis Yeldell

On ne peut penser à créer une entreprise de remplacement toiture shawinigan, ou à avancer dans un projet de business sans avoir de l'argent, sans penser au financement. En effet, il y a trop de choses à acheter, à payer. Les formalités administratives, le local, les outils nécessaires, les machines et autres équipements, les matières premières, vous devez les payer. Et je ne parle pas encore des frais relatifs à la communication, ou aux démarches commerciales. On peut donc dire qu'on ne peut rien faire sans argent. Il est alors évident qu'une entreprise doive emprunter, car il est impossible d'attendre d'être riche avant d'investir, et avant de développer ses activités. Le schéma le plus simple est de demander à une banque de fournir l'argent. Le banquier examine alors le projet et l'entreprise, pour répondre à une seule question. Est-ce que cette entreprise aura la possibilité de me rendre mon argent, avec les intérêts du prêt bien entendu.

Sur ce point, il existe un critère que votre banquier n'avouera jamais, c'est que vous faites partie du critère. Le promoteur du projet est d'abord le premier garant de sa réussite ou de son échec. Si nous voulons donner un exemple très simple, un projet ambitieux, en béton, avec les garantis nécessaires pour le remboursement, ne sera pas accepté si le promoteur lui-même est perçu comme « à risque ». Un promoteur malade par exemple, qui risque de ne pas survivre durant la durée du prêt est un promoteur considéré « à risque ». Il en est de même pour ceux qui ont des passifs lourds, comme des problèmes avec la justice, qui mettraient en doute leur honnêteté. Ce sera aussi la même chose si le promoteur a déjà conduit à la faillite une autre entreprise du même type.

Ainsi, le porteur du projet est un élément déterminant dans l'octroi d'un prêt. Mais dans le même ordre d'idées, l'équipe du projet, voire l'ensemble des premiers responsables engagés dans l'affaire, seront aussi revus. Car un projet qui marche, c'est avant tout un projet qui peut bénéficier du savoir-faire des différents acteurs.

Et enfin, il ne faut pas oublier l'apport du porteur du projet. Plus le porteur est prêt à risquer dans l'affaire, plus la banque a l'assurance que ce dernier mènera à bien le projet. L'apport du promoteur doit être dans les 30 %, mais un peu plus ne fera que renforcer la crédibilité de son engagement auprès de sa banque, et sur le projet.