Si ça se sait…

Si ça se sait… - Francis Yeldell

Mon rendez-vous pour une petite chirurgie buccale dans un centre dentaire Boisbriand est terminé, et je sais que ce qui m’attend chez moi, n’est pas tellement joli. J’ai contacté certaines personnes et je cherche à éliminer certains problèmes qui sont très difficiles à régler. Pas dans ma vie ; je voudrais protéger quelqu’un qui ne me connaît pas beaucoup, mais qui mérite de recevoir de l’aide.

Quelle ne fut pas ma surprise quand, en ouvrant ma porte d’entrée, car quelqu’un avait frappé, de voir deux policiers se tenir debout devant moi. Je les ai laissé entrer, et j’ai demandé ce qu’ils voulaient.

Ils s’inquiétaient, car j’avais envoyé une lettre à l’établissement d’études post-secondaire où je prenais des cours jusqu’à tout récemment. Je dois dire que je ne savais pas à quoi m’attendre, et maintenant, je vois que le recteur est inquiet. Il se préoccupe du fait que j’aie remarqué des activités illégales à l’encontre d’une jeune femme.

La mère de cette jeune femme a exigé à l’université de refuser toutes ses applications pour des bacs qui ne sont pas dans un des domaines que la mère veut que sa fille se dirige. Même si cette jeune femme est adulte, et donc, devrait avoir le droit d’étudier dans le domaine de son choix, sa mère l’agrippe et l’étouffe pour qu’elle obéisse à ses ordres, comme si sa progéniture n’avait que cinq ans.

« Si ça se sait, ce qui se passe à l’université, ça pourrait faire écraser l’école, voulant dire la faire s’écrouler par terre. » Ces paroles sont sorties directement de la bouche du policier. Il n’a pas dit que je suis peut-être en train de me tromper. Il n’a pas dit que ce n’était pas encore confirmé. Il a bien dit que le public ne doit pas être au courant que l’université accepte de faire surveiller la jeune fille, pour que sa mère soit au courant de tout ce qui se passe avec elle !

C’est une histoire qui me dérange beaucoup. Le fils de cette femme est, quant à lui, tellement endommagé psychologiquement que, même à seulement 45 ans, sa vie est finie. Sa santé est lamentable, et ça fait longtemps qu’il ne peut plus avoir un emploi, car il ne fait pas ce qu’on lui demande, en plus de ne pas pouvoir interagir normalement avec ses collègues de travail.

La fille, elle, a encore la chance de vivre une vie normale… Si seulement sa mère pourrait la laisser choisir ce qu’elle veut faire.